USÉ - Selfic

Cette semaine, du 25 au 29 juin 2018, les radios FERAROCK vous font découvrir l’album "Selfic" de Usé sorti chez Born Bad Records


"Ça se passe toujours un peu de la même manière, le type monte sur scène - pour peu qu’il y en ait une - avec son allure de chacal déguingandé, un chandail ou deux sur le dos et, sans préavis, se met à frapper sur un fatras de cymbales empilées sur des guitares en morceaux et calées entre deux synthés hors d’âge. Au bout de quelques minutes, il est torse nu et tout disparait, réduit en miettes, atomisé, le spectacle, la musique, les gens autour de vous, la scène - pour peu qu’il y en ait une - on est dans le corps à corps, la lutte de l’Homme contre la machine, le Nouvel Âge du Métal, le grand fracas terminal.

Ce qui importe alors, ce n’est plus ce que ce mec fait, mais la conviction qu’il y met. Et il n’y met rien de moins sa vie entière, bordéliquement agencée en un grand tas de motifs hypnogènes, de paroles primitives, d’aboiements, de sirènes d’anti-vol, de sorties de route et de nuits infernales. Libre ensuite à chacun de titrer la ficelle qui l’arrangera dans cette énorme panique - punk, indus, BO pour polar urbain de l’an 3000 : comme si ça ne lui suffisait pas d’être à ce point âpre, féroce, et vitale, la musique d’Usé vous donne aussi le choix - luxe inouï à l’époque où on vous pré-mâche le boulot au point de vous livrer storytelling et opinions clé-en main, 100 % validés et prêts à consommer.

À vrai dire, la musique de Nicolas Belvalette (l’homme derrière Usé, que l’on peut également croiser chez Headwar, Les Morts Vont Bien, Sultan Solitude, Roberto Succo et 125 autres projets simultanés) aurait très bien pu se contenter du live, contexte où elle semble atteindre son plein potentiel. Face à une telle puissance de feu que pourrait en effet apporter un disque, sinon une inéluctable déception ? Le fait est que c’est tout l’inverse : Chien d’la casse, son premier album, l’avait démontré, Selflic vient définitivement le confirmer.

Pianos martiaux, clavecins mongolos, techno rurale, horreur sociale : il y a dans ce nouveau disque tout ce qu’il faut pour s’agiter, transpirer, tressaillir, panteler, tituber, se ramasser, ramper, hurler, défaillir, se relever et se ramasser à nouveau - bref, s’amuser. On ne vous fera pas le coup de la « sortie de zone de confort », de l’album aux « atmosphères enténébrées » ou de l’ « auto-portrait en clair obscur » : Selflic est un condensé parfait de ce qu’a été, de ce qu’est et de ce que sera sans doute encore longtemps Usé, formidable machine à broyer le temps et la connerie, à invoquer les préceptes essentiels du feu et la furie. Et c’est bien tout ce que vous avez besoin de savoir. Le reste, c’est du bruit."
Lelo Jimmy Batista

Le nouvel album de Usé est à découvrir et à gagner jusqu’au 29 juin sur les radios FERAROCK !

+ d’infos

Haut de page