WE ONLY SAID - MY OVERSOUL

Cette semaine du 10 au 16 juin, les radios FERAROCK vous font découvrir l’album My Oversoul de We Only Said.

EMISSION FERAROCK

EMISSION - WE ONLY SAID

Une pochette forte et marquante (réalisée par Stéphane Fromentin, ancien bassiste du groupe) à l’encontre des standards habituels dans ce genre musical, nous montre que ce disque ne sera pas comme les autres.

Troisième album en 10 ans pour ce groupe en constante mutation. Le line-up accueille désormais Damien Tillaut à la basse & en ingénieur du son, ainsi qu’Astrid Radigue (Mermonte, Bacchantes) aux voix et claviers sur scène. L’idée étant de ne jamais se répéter, ce nouvel opus prend le contre-pied du précédent.

Sur « Boring Pools », les guitares étaient reines et l’enregistrement s’était fait en studio sur des sessions live de quelques jours, pour un résultat assez brut, enregistré dans l’urgence et dans l’instant présent.

Pour « My Oversoul », les prises se sont étalées sur plusieurs mois, en home-studio, construisant les morceaux au fur et à mesure de ce qu’il s’y passait, sans direction précise, juste avec l’envie de les faire sonner au mieux, au plus juste possible, retrouvant ainsi l’esprit du premier album éponyme.

Les claviers, synthétiseurs et mellotrons sont apparus, des parties de violoncelle jouées par Juliette Divry (Mermonte) ont trouvé une place idéale dans des morceaux entre indie, electronica, pop et post-rock. Les voix se sont mélangées, partagées entre Florian Marzano (en meneur de ce projet à l’origine en solo), Pierre Marolleau (officiant aussi chez Yes Basketball, projet hip-hop hybride, et auprès de Vincent Dupas) aux choeurs et à la voix lead sur deux morceaux & Astrid Radigue pour une complémentarité masculin/féminin. Les guitares sont toujours bien présentes, avec Mathias Prime (See Saw Motion, Ex-Fulgur), membre originel du groupe et Loïg Nguyen sur trois morceaux. Des titres plus expérimentaux comme « Exp » joué sur un sampler old-school en une seule prise, ou « Smile » qui provient d’une cassette oubliée, enregistrée 20 ans auparavant sur un 4- pistes et ressortie telle quelle, font office d’interludes entre des chansons plus solides et ciselées (« Dead Men », « Lies »).

Toujours dans l’optique de ne rien se refuser, « Messy Artist », une reprise de Ral Partha Vogelbacher (projet parallèle des San-Franciscains de Thee More Shallows) s’est aussi glissée dans le tracklisting du disque, comme un hommage à une scène des 90’s dont s’inspire le groupe depuis toujours.

Porté par les mots de l’écrivaine Nathalie Burel (qui écrit tous les textes du groupe depuis ses débuts) et encore masterisé à Chicago par Bob Weston (Shellac), cet album fait tourner la tête de We Only Said vers le futur.
Un univers mélancolique interprété avec souffle et vitalité.

L’album de We Only Said est à découvrir et à gagner jusqu’au 16 juin sur les radios FERAROCK !

+ d’infos

Haut de page