Arrivée dans un Ubu complet. Tout le monde est venu voir les Dead Obies, sensation rap venue tout droit de Montréal. Ils sont six sur scène, déchainés et venus partager avec le public l’énergie qui se dégage de leur symbiose.

 

Au programme : du rap brut, accrocheur, mais surtout un vrai show. Le Cirque du Soleil leur a octroyé une bourse pour l’excellence de leur performance scénique et ils ne l’ont pas volé. Tous habillés en tenue de chantier, les MCs se mettent en scène, se répondent, mélangent leurs flows les uns aux autres pour un résultat plutôt efficace. Leur énergie est indéniable, le show est plutôt bien rodé et on se laisse finalement porté par ce bordel (très) organisé dans lequel les montréalais semblent prendre plaisir à embarquer le public.

 

Coté artistique cependant, rien de bien intéressant. La musique des Dead Obies s’inscrit dans leur temps, beaucoup de punchlines, des flows finalement peu travaillés et reposant principalement sur des gimmicks et des refrains-litanies déjà vus et revus. Le tout sur des instrumentales à l’influence trap, très peu fouillées, dans lesquelles le kick est finalement l’élément central. Bref, coté musique les Dead Obies pèchent un peu même si on sent une volonté de leur part d’essayer de créer un univers original oscillant entre bizarrerie et folie, comme a pu le faire en son temps (en beaucoup mieux) Cypress Hill.

 

En somme le concert des Dead Obies a été un bon moment, agréable à regarder et plutôt réjouissant par l’énergie qu’il dégage. Mais rien de transcendant dans la proposition artistique, du rap simple sur des instrus simples.

Eteignez votre cigarette s’il vous plaît.

 

Filed under: Report live

HAUT DE PAGE
PARTAGER

Transféra

Cette année encore, les radios FERAROCK, radios de découvertes musicales s’associent aux Rencontres Trans Musicales de Rennes. Du 04 au 06 décembre, les radios FERAROCK s’installent au cœur des Trans au Liberté pour 2 heures d’émission de 17h à 19h.

Au programme: lives sessions exclusives enregistrées en public, interviews, chroniques et compte-rendus pour vous faire vivre le festival de l’intérieur.